L'herbe sèche,la fleur tombe,
mais la parole de notre Dieu demeure éternellement !
Esaïe 40:8
  • Français
  • English

Église Évangélique
50, rue du Maréchal Joffre
92700 Colombes, FRANCE
Culte : dimanche 10h30
 Accueil
Menu
Accueil
Réflexion
Historique
Missions
Liens
Contact
Centre Vinet
Derniers articles
Bible en ligne

Actuellement
Il y a actuellement 1 invité en ligne
Advertisement
Mercredi 24 mai 2017
Dans l’église, frères ou amis ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Daniel T.   
19-10-2014
Image

« Si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. » Jacques 2:9
« Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. » Romains 14:8.

Ébauche de réflexion sur les relations dans l’église locale.

Introduction

Dans les églises évangéliques se constituent des relations personnelles. Des liens se nouent et se développent entre chrétiens aboutissant à des amitiés, à des alliances familiales… C’est normal. Ces relations "privilégiées" ont une influence notable sur la marche de l’église locale.

Frères et amis de Jésus

En mourant sur la croix pour nos péchés, Jésus s’est livré comme frère aîné, pour racheter ses frères : « Ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. » (Romains 8:29)

Et encore : « Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n‘a pas honte de les appeler frères… » (Hébreux 2:11)

Nous sommes donc la maison du Seigneur. (voir Matthieu 12:46-50, ainsi que Ephésiens 2:19)

Le Seigneur déclare de plus à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. » (Jean 15:15). Jésus ne distingue pas frère et ami, mais ami et serviteur.
Deux paroles précédaient cette déclaration : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » Et : « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. » (Jean 15:13,14) (voir aussi Luc 12:4)

Ainsi, nous sommes frères et sœurs du Seigneur, et il nous traite en amis, lui, "l’Ami de notre âme", pour laquelle il a livré sa vie.

Nos frères

Le Psaume 133 exprime le bonheur pour des frères de demeurer ensemble. L’église primitive en a fait l’expérience heureuse, et le texte nous montre sur quel fondement : « Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières » (Actes 2:42). C’est dans cet esprit que les apôtres ont exhorté les chrétiens : « Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur » (1 Pierre 1:22). Dans l’église locale, la relation première est celle de frères et sœurs en la foi, tous rachetés par le même Sauveur et Seigneur Jésus-Christ. Pour être approuvées de Dieu, les relations sociales dans l’église locale, amitiés individuelles ou familiales, se construiront sur cette base.

Des amis

Dans le livre des Proverbes, animé par l’Esprit et le souci du prochain, Salomon, en prêchant la crainte de Dieu, montrait combien les amitiés sont importantes. Il en sondait les mobiles, condamnant la cupidité et l’égoïsme de certains choix. Ses pensées, à la lumière du Nouveau Testament, nous invitent à examiner nos propres voies.

« L’ami aime en tout temps, et dans le malheur il se montre un frère. » (Proverbes 17:17)

La fin du livre de Job montre l’attachement de Job, son amitié véritable pour ses amis fâcheux (mais ses "frères en la foi") : il prie (avec ferveur, comme serviteur de Dieu) pour que Dieu leur pardonne, et il est exaucé. Lui-même est rétabli. Il accomplit ainsi la parole : « Il est tel ami plus attaché qu’un frère. » (Proverbes 18:24). Sans se laisser écraser par eux, ayant les regards sur le Dieu en qui il espérait, il ne les a pas renvoyés, et eux-mêmes ont finalement obéi à la parole de Dieu qui les invitait vivement à la repentance. La tempête était apaisée.

Soyons ainsi amis de nos frères, tels qu’ils sont, pour leur salut et le nôtre, étant fermes dans nos sentiments. (Voir Esaïe 16:3)

Cherchons également à avoir des "Job" pour amis. Le Seigneur nous exhorte à « nous faire des amis avec les richesses injustes, pour qu’ils nous reçoivent dans les tabernacles éternels, quand elles viendront à vous manquer. » (Luc 16:9). Il montre ainsi la préoccupation majeure du chrétien dans l’établissement de ses amitiés : Le salut.

Conclusion

La vie de Job montre que sa foi était bénéfique à tous, exempte d’acception de personne.

Pour notre part, veillons, qu’une amitié égoïste n’entame ni notre communion avec nos frères, ni notre engagement dans l’église, créant des exclusions qui risquent d’aboutir à la formation de clans. Par exemple, en fin de culte, n’oublions pas de prendre contact (non banal) avec tous, avec l’inconnu de passage, l’étranger (ce n’est pas le rôle exclusif du pasteur !). Et exerçons l’hospitalité, non en suivant nos sympathies, mais par esprit de service et de corps. (voir Luc 6:33)

Et souvenons-nous de l’exhortation de Paul aux Galates : « Pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi. » (Galates 6:10)




Ajouter à :
Google!Facebook!Del.icio.us!
 
< Précédent   Suivant >
 
Go to top of page  Accueil | Réflexion | Historique | Missions | Liens | Contact | Administrateur | Centre Vinet |

© 2004-2017 Église Évangélique Baptiste de Colombes