Je t'instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ;
Je te conseillerai, j'aurai le regard sur toi.
Psaume 32:8
  • Français
  • English

Église Évangélique
50, rue du Maréchal Joffre
92700 Colombes, FRANCE
Culte : dimanche 10h30
 Accueil
Menu
Accueil
Réflexion
Historique
Missions
Liens
Contact
Centre Vinet
Derniers articles
Bible en ligne

Actuellement
Advertisement
Samedi 16 décembre 2017
L'apôtre Paul nous parle Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Michel Gendrel   
04-04-2009

Relisons sa 2e lettre à Timothée, son fils bien aimé en la foi. C’est, vous le savez, une épître pleine d’amour, sans doute écrite peu avant son martyre, adressée à ce frère mais pareillement (« toute Ecriture est inspirée de Dieu ») à tous les véritables disciples de Jésus : ceux du premier siècle mais aussi bien aux chrétiens de l’an 2009.

Il lui dit, il nous dit :
 - Dieu donne (I)
 - Oeuvrez ! (II)

I. Dieu donne

  • Vous avez peu de force, jeunes qui constituez l’avenir de l’Eglise, mais êtes exposés aux « passions de la jeunesse » (2 Tim 2 : 22) : spécialement l’inclination à vouloir être votre propre maître, à l’encontre, sinon de Dieu, du moins des hommes ;
  • Vous avez peu de force vous qui, étant de santé fragile, vous croyez aisément d’une moindre utilité pour les frères et sœurs, voire (et bien à tort) pour Dieu ;
  • Vous avez peu de force, les timides, les réservés ou vous qui éprouvez quelque difficulté à parler de Jésus autour de vous ou seulement à trouver votre place dans l’église locale ; gêne réelle, tout autant que pour les passionnés, les coléreux…

On pourrait continuer. En vérité, qui ne se reconnaît pas, au moins quelque peu, dans une semblable situation difficile ?


Mais soyez sans crainte : l’Esprit Saint est à l’œuvre !
Vous conserverez sans doute quelques faiblesses, mais rien n’autorise à déclarer (comme tant d’autres le disent à tort) : « Je suis comme cela, je ne peux pas changer ! »

1) La conversion (si, bien sûr, elle est authentique, livrant à Dieu tout notre être) peut transformer jusqu’à notre nature. Au soldat de Jésus-Christ menant le bon combat (2 Tim 2 : 3 et 4), Dieu donne un esprit de force, d’amour et de sagesse (2 Tim 1 : 7) : plus de honte en annonçant l’évangile (la bonne nouvelle, 2 Tim 1 : 8), plus de crainte d’éventuels désagréments, bien vite qualifiés de persécutions (2 Tim 1 :8, 2 : 3 et 4, 9 et 10, 3 : 12, 4 : 5). La puissance de Dieu s’accomplit dans la faiblesse, enseigne par ailleurs Paul (2 Cor 12 : 9).
Bien sûr, continuez à vous fortifier dans la grâce qui est en Christ (2 Tim 2 : 1).

2) N’oubliez pas les dons spirituels (les charismes) donnés par Dieu : un ou même plusieurs ; tous ont la même valeur devant le Seigneur. Quel est le vôtre, quels sont les vôtres, authentiques, à mettre au service des autres (rappelons 1 Pierre 4 :10) ? Et si les flèches de l’orgueil vous frôlent (vous connaissez ?), souvenez-vous de ce que moi, Paul, à qui Dieu a tant accordé, j’écrivais aux chrétiens de Corinthe : « qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifies-tu comme si tu ne l’avais pas reçu ? » (1 Cor 4 : 7).
Mais la foi chrétienne, la vie en Christ, n’est pas davantage passivité qu’isolement. D’où, seconde affirmation de Paul (donc de l’Ecriture) :

II. Oeuvrez

1) Œuvrer, marcher, ce mot d’ordre de la vie chrétienne, c’est d’abord témoigner : témoignage, muet mais fondamental, d’une vie impeccable, en premier lieu (ne sommes-nous pas une « lettre de Christ » ?, 2 Cor 3 : 3), existence immaculée (2 Tim 3 : 19), sous peine d’éloigner ceux qui cherchaient le Seigneur ; la parole conforme à l’enseignement de l’Ecriture seulement ensuite. Restez attachés à elle, n’écoutant ni les faux docteurs, qui parlent chaque jour plus haut dans la « chrétienté », ni la séduction que propose le monde et son prince, Satan. Repoussez les discussions stériles (2 Tim 2 : 23), dispensez avec droiture la parole de la vérité (2 Tim 2 : 15) : non certes ‘à contretemps’ (réel !), mais en toute occasion, favorable ou non (2 Tim 4 :2), saisissant toutes les occasions données par Dieu pour conduire des âmes à la repentance (2 Tim 2 : 25), indispensable au salut.
Il nous faudra rendre compte !

2) Œuvrer, c’est pareillement faire passer le flambeau reçu.
Cet évangile, la bonne nouvelle du salut offert par Jésus, venu jusqu’à nous, c’est à vous maintenant de le transmettre (2 Tim 2 : 2) !

  • Cela concerne tout chrétien véritable : chaque disciple de Christ (pas seulement les responsables de l’église locale !) doit redire ce qu’il a appris :
  • le confiant à d’autres : fidèles, mais aussi capables : ce qui ne requiert pas le passage par une faculté ou un institut enseignant l’Ecriture mais suppose le souci de se former solidement pour le service de Jésus. Ne l’a-t-on pas lorsqu’il s’agit des affaires du monde ?...
Bien choisir ces personnes est notre responsabilité. Et ici encore, nous en rendrons compte !

Ainsi, mais ainsi seulement, nous serons, par la grâce de Dieu, les serviteurs qu’attend notre Seigneur (et dans cette mesure, notre Sauveur) : faibles, mais entièrement consacrés. Tout comme le ciselait, à la veille de sa mort, l’ancien persécuteur Paul, devenu le grand apôtre Paul, nous pourrons murmurer, à notre dernier souffle : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la (ma) course ; j’ai gardé la foi » (2 Tim 4 : 7).

Et Jésus dira : « C’est bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître » (Mat 25 : 21 et 23).

Michel GENDREL




Ajouter à :
Google!Facebook!Del.icio.us!
Dernière mise à jour : ( 23-01-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
 
Go to top of page  Accueil | Réflexion | Historique | Missions | Liens | Contact | Administrateur | Centre Vinet |

© 2004-2017 Église Évangélique Baptiste de Colombes